Le mois dernier, j’ai accueilli deux de mes apprenants comme stagiaires au sein de l’Aetherium. Quoi de mieux qu’un défi pour les faire progresser ? Je leur ai donc laissé les clés du blog, le temps d’un article chacun. Voici celui qui vous est proposé par Amaury.

aetherium-amaury-objets-connectes

Nous sommes à l’heure où les comportements numériques se déplacent vers des supports de plus en plus mobiles et diversifiés. Les objets connectés deviennent incontournables. Ces nouvelles expériences constituent une belle opportunité de révolutionner l’expérience client des prospects pour les entreprises

Les objets connectés s’implantent de plus en plus dans notre quotidien, on estime qu’en 2020 il y aura entre 50 et 80 milliards d’objets connectés en circulation. Chaque foyer français disposerait alors d’une trentaine d’objets connectés. Et ces chiffres ne vont pas cesser de croître.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Un objet connecté est un objet intelligent qui comporte un système d’identification et de captation de données. Ces données, une fois recueillies, sont transmises à une interface, comme un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Par exemple la Smartwach (montre intelligente) qui donne seulement accès à Internet n’est pas un objet connecté. En revanche, une montre capable de mesurer le rythme cardiaque du porteur et envoyer automatiquement ces données sur un serveur distant, pour un traitement via une application mobile, en font bel et bien un “objet connecté”. Vous comprenez alors que tout objet peut être connecté.

Ces objets connectés sont source de données sur ce que fait l’utilisateur, le moment et le lieu où il le fait. Donc ces objets offrent la possibilité d’une meilleure connaissance, d’un meilleur ciblage et d’une personnalisation des messages plus pertinente. L’impact est également très important sur les modèles économiques, car les objets connectés créent un nouveau monde, brouillant les frontières entre objets et services.

Différentes utilisations des objets connectés

Par exemple, dans le domaine de la santé, La Poste a présenté au CES 2018 sa nouvelle application d’e-santé. L’application « LaPoste eSanté » peut être téléchargée gratuitement sur un smartphone. Cet espace numérique de santé rassemble des données auxquelles ont accès patients et professionnels (généralistes, hôpitaux, spécialistes, etc.), son but étant d’améliorer le suivi médical des usagers en collectant des données provenant d’objets connectés (tensiomètre, pèse-personne, pompe à insuline, etc;) pour ensuite envoyer des alertes en cas de problème.

Plusieurs entreprises proposent d’autres produits sur ce créneau. E-vone, une société française, se place sur le marché des seniors avec sa chaussure connectée, qui détecte les chutes et envoie un message aux proches en cas d’anomalie de la mobilité.

Dans le domaine du sport, les capteurs de toutes sortes existe déjà : mesure des efforts et de la progression, optimisation des entraînements, prévention des mauvaises pratiques, etc. Sur le mode des lunettes Google Glass, on peut par exemple imaginer des capteurs reliés à une paire de lunette de natation qui donnerait en direct au nageur ces performances, sa position dans la course, etc.

Pour les sportifs qui pratiquent la course à pied, la chaussure intelligente Vivobarefoot, connectée à Internet, contient une semelle ultra-fine et des capteurs qui enregistrent les mouvements. Une application sur smartphone fournit ensuite des informations sur la vitesse et les caractéristiques de la course (engagement des orteils, appuis sur le sol, etc.).

Dans le domaine de la domotique et plus généralement ce qu’on appelle la maison intelligente, les objets connectés permettent par exemple de contrôler stores, serrures, chauffages, plaques de cuisson, lumières, etc. Le tout à distance, depuis son smartphone.

Il y a également l’adaptateur Anyware Smart Adaptor. Il s’agit d’une douille pour ampoules à vis permettant d’ajouter plusieurs fonctionnalités : contrôle de l’éclairage avec variateur, détection des mouvements et des sons pour allumage automatique, mesure de la température et de l’humidité d’une pièce, etc. L’adaptateur se pilote à distance, depuis un smartphone Android ou iOS, via Bluetooth et Wi-Fi.

Dans le domaine de la sécurité, nous voyons apparaître des cadenas connectés qui alerte leur propriétaire en cas de tentative de vol. Des systèmes d’alarme plus intelligent, des objets permettant de lancer un SOS aux amis ou aux forces de l’ordre avec localisation pourront également voir le jour.

Appliqués aux filières industrielles, par exemple, les objets connectés pour l’industrie apportent un niveau de visibilité et d’informations très important au sein d’opérations de fabrication, d’assemblage, de maintenance ou de logistique. En partageant toutes ces informations via internet, les objets connectés permettent aux fournisseurs, aux sociétés de maintenance et même jusqu’aux chaînes de distribution d’accéder à la bonne information, depuis n’importe quel appareil mobile, à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit.

L’utilisation des objets connectés par les grandes marques

Nombreuses sont les marques à s’engager dans l’aventure des objets connectés. Les opticiens Atol font figure de pionniers en la matière. La quatrième enseigne sur le marché français commercialise, depuis septembre 2014, “Téou d’Atol”, un modèle de lunettes connectées à une application de géolocalisation hébergée sur Smartphone pour aider à retrouver ses lunettes. Sur l’écran du smartphone, des couleurs indiquent la distance qui sépare l’utilisateur de ses lunettes. S’ajoutent également, lorsque l’objet est proche, des vibrations et un signal lumineux.

La maison de cognac Rémy Martin a créé la première bouteille de spiritueux connectée. La bouteille est munie d’une puce anti-contrefaçon intégrée au bouchon qui permet, via une application dédiée, l’authentification de l’origine du produit, la vérification de l’intégrité de la bouteille, mais, également, d’interagir avec le consommateur. Un programme d’engagement est ainsi intégré à chaque débouchage, des points de fidélité s’inscrivent sur le compte du client et des informations personnalisées lui sont proposées, à l’instar de récompenses, de réductions ou d’invitations à des événements.

Babolat play, une raquette intelligente, permet au joueur de tennis d’analyser son jeux, sa vitesse et sa technique afin de s’améliorer. Il peut ensuite suivre sa progression, au fur et à mesure de ses sessions d’entraînement et ses matchs, et comparer ses résultats avec d’autres joueurs inscrits sur la même plateforme.

Conclusion

Globalement, c’est l’ensemble des secteurs de l’activité humaine qui vont se voir transformés par une arrivée massive d’objets connectés innovant, rendant ainsi le monde qui nous entoure et le rapport que nous entretenons avec celui-ci à la fois mesurable et intelligible. Comme dit précédemment, ces objets brouillent les frontières. Ils sont à la foi objets et services. Mais surtout, de part leur aspect précurseur, ils sont aussi d’excellents outils de communication. Le marché est donc prometteur pour les PME, en associant leurs produits a de nouvelles expériences utilisateurs. Ces opportunités ne sont donc pas uniquement réservés aux startups et aux grands groupes.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Amaury Le Chaffotec
 

Amaury Le Chaffotec

Passionné de nouvelles technologies et diplômé d'un BEP électrotechnique, je suis actuellement en formation de développeur web avec pour objectif d'en faire mon futur métier.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 10 000 visiteurs mensuels de l'Aetherium.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez aussi

11 raisons de bannir définitivement les outils en ligne pour créer votre site Internet
PAR
LE
1 septembre 2018
TPE-PME, pourquoi et comment se doter d’une stratégie numérique ?
PAR
LE
19 juin 2018