Qu’on soit salarié ou à son compte, il n’est pas toujours facile de garder la pêche pour la plupart des gens. Et pourtant, avec un moral d’acier, on affronte les journées en les prenant à bras le corps. Voici quelques conseils pour vous y aider.

aetherium-regles-motivation

“Tu es un char d’assaut”. C’est une phrase qu’on m’a adressée personnellement il y a de ça six ans et demi et qui m’a profondément marqué. En de nombreuses circonstances, je vois (ou essaie de voir) le positif, la solution au problème ou l’avantage que je peux tirer d’une situation défavorable. Comme tout le monde, j’ai mes périodes de doute, mes instants de faiblesse, mais dans l’ensemble je m’en sors pas trop mal et j’en remercie le Ciel. Le principal, c’est d’être en mesure de rebondir, de se reprendre et de ne jamais faiblir plus de quelques instants ! Alors, comment garder son moral à niveau ? Voici mes quinze règles de vie pour y parvenir ! Attention, je n’y vais pas avec le dos de la cuillère : ces conseils sont parfois brutaux et peuvent heurter l’égo.

  • Désactivez les notifications de vos smartphone : tout de suite. Ainsi que votre répondeur. Ce sont des mangeurs de temps qui vous bouffent jusqu’à deux-trois heures par jour sans que vous ne vous en rendiez compte. Vous avez mieux à faire.
  • Planifiez vos journées : on attaque dans la gestion du temps avec cette autre règle. En vous forçant à planifier vos journées en avance, vous n’aurez plus à vous soucier de savoir ce que vous avez à faire. Cette information est déléguée à votre agenda, que vous n’avez qu’à ouvrir pour vous en rappeler.
  • “Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse.” : ce que dit ce proverbe arabe est très intéressant. En gros, si vous avez une excuse pour ne pas faire une chose, c’est qu’en réalité vous vous mentez à vous-même et ne voulez pas réellement la faire. Alors, bougez-vous.
  • N’attendez pas d’être prêt pour commencer quelque chose : on est jamais prêt, on peut toujours se trouver des excuses pour procrastiner ou éviter de faire quelque chose. Avec cette règle, la question ne se pose plus.
  • Arrêtez-vous de faire une tâche que quand vous l’avez terminée : pas quand vous êtes fatigué, ni quand vous êtes bouleversé, ni quand vous avez échoué après maintes phases de test, non. Quand vous avez terminé. À vous, bien entendu, de découper vos travaux en plusieurs tâches et de gérer vos temps de pause. Mais toute chose commencée doit être terminée. Sinon, c’est comme ça qu’on fait de la daube, car on a perdu des morceaux en cours de route. Avancez !
  • Arrêtez de fonctionner en multitâche : si vous avez vu mes vidéos sur la gestion du temps, alors vous savez que le multitâche nous fait finalement perdre plus de temps qu’autre chose. Et si vous pensez réussir, alors dites-vous que vous serez encore meilleur en devenant monotâche. C’est ce que j’ai fait et je ne reviendrai pas en arrière. En étant monotâche vous accomplissez plus de choses au cours d’une même journée, ce qui est bon pour l’estime de soit et garder le moral.
  • Ne prenez pas les choses personnellement : détachez-vous de vos émotions. Laissez couler les critiques, les attaques, les frustrations et touti quanti. Autrement vous allez passer votre temps à vous sentir mal, ce qui est particulièrement épuisant. Être heureux, ça se décide.
  • Célébrez les petites victoires : fêtez simplement plusieurs petites victoires est plus gratifiant que de faire sauter le champagne pour quelques grosses victoires. Obtenir un contrat intéressant, terminer un gros chantier, recevoir un salaire plus important que d’ordinaire, avoir obtenu un rendez-vous avec une personne haut placée, etc. Toutes ces choses sont des petites victoire qu’il faut savoir célébrer. Ca se fait simplement : pour ma part, ça va être par l’achat d’une tablette de chocolat, une bande dessinée, une viennoiserie pour le goûter, un livre. Rien de bien faramineux, me direz-vous. Mais trouvez-vous des occasions de récompenser votre travail. Vous le méritez.
  • Cessez de vous plaindre : ça ne change rien, vous perdez du temps et vous enquiquinez votre entourage.
  • Arrêtez de vous comparer : nous n’avons que trop peu d’information en notre possession pour procéder à une comparaison objective et rationnelle. Dans la plupart des situations, à cause du biais de confirmation, nous nous évaluons en relevant uniquement notre infériorité ou notre supériorité. Stop à l’auto-flagellation ou l’auto-congratulation. Quand bien même vous vous trouvez nul ou que les autres se comportent comme des abrutis, gardez en tête que vous êtes exceptionnel et qu’eux aussi. Même si vous ne savez pas pourquoi.
  • Tout a un coût : oui, tout. Gardez en tête que si vous n’êtes pas près à payer le prix ou à faire le sacrifice nécessaire, ne vous plaignez pas de ne pas réussir à obtenir ce que vous voulez dans la vie.
  • Lisez de vrais livres : coupez vos écrans de temps en temps et offrez-vous le luxe d’un bon bouquin. Ca permet de se déconnecter et de lever le pied.
  • Sortez de votre zone de confort : si vous avez peur de faire une chose, c’est que cette dernière a un enseignement à vous apprendre. Donc, faites-la. Je ne parle pas du mauvais pressentiment, mais de cette impression que ce que vous avez devant vous vous dépasse. Et bien justement, si Nawang Gombu s’était arrêté à cette peur avant d’être le premier homme à atteindre le sommet de l’Everest, il serait resté au chaud. Vous en êtes capables, alors faites-le.
  • Écoutez toujours les autres avant de parler : vous avez le droit d’être bavard (je le suis énormément, pour ma part), mais seulement après que les autres aient dit ce qu’ils ont à dire et que vous ayez vraiment écouté. Si vous n’écoutez pas les autres, quelle bonne raison auraient-ils, eux, de s’en donner la peine à leur tour ?
  • Échouez souvent : c’est sans doute ce qu’il y a de plus formateur. Si vous réussissez plus souvent que vous n’échouez, c’est que vous ne prenez pas assez de risques et que vous ne sortez pas de votre zone de confort. Je ne vous demande pas de créer une nouvelle entreprise chaque semaine, mais de tester les idées qui vous viennent en tête. Même si vous y perdez un temps monstrueux : c’est le prix de l’expérience pour apprendre plein de choses.

Alors bien entendu, ces quelques bonnes pratiques ne se mettent pas en place du jour au lendemain. Il revient à chacun d’y faire son tri. Mais en s’imposant la rigueur personnelle qui va avec, nous nous forçons à continuellement nous interroger et faire face aux freins que nous nous mettons nous-mêmes. En associant ces règles à une bonne gestion du temps, vous vous donnerez davantage les moyens de réussir les projets que vous entreprendrez. N’oubliez jamais, vous êtes un char d’assaut.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN
    

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique UI & print, blogueur, formateur, chroniqueur radio, catholic veggie, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 10 000 visiteurs mensuels de l'Aetherium.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez aussi

21 visuels plus que percutants sur l’avenir de la planète
PAR
LE
16 septembre 2018
11 raisons de bannir définitivement les outils en ligne pour créer votre site Internet
PAR
LE
1 septembre 2018