Les gens pensent souvent être en mesure de réaliser eux-mêmes un communiqué de presse et mettent ensuite à charge des médias de ne pas les avoir publiés. Il y a toutefois quelques règles à suivre afin de maximiser ses chances de publication.

Le communiqué de presse (qu’on abrégera CP), comme l’annonce presse, est un levier trop peu utilisé à mon goût. Tant d’entreprises se lancent sans pour autant communiquer vers l’extérieur… Vous pouvez avoir la meilleure identité visuelle au monde et le site Internet le plus efficace, si vous ne vous faites pas connaître, c’est comme acheter une Roll Royce et la laisser au garage. Que ce soit à l’occasion de la création d’une entreprise, de son rachat ou d’une actualité importante, le CP fait partie intégrante du plan de communication et vous ne devez pas hésiter à vous en servir.

aetherium-conseils-communiques-presse

Pour ma part, à chaque fois que je rédige un communiqué de presse j’obtiens toujours au moins un article dans la presse locale concernée. Le meilleur exemple que j’ai est le mien : quand je suis arrivé dans la Baie de Saint-Brieuc, je suis apparu huit fois dans la presse locale en 1 an et ce grâce à seulement trois CP. Pourtant, les gens me font souvent part de leur surprise de ne pas avoir réussi à toucher qui que ce soit avec leurs propres CP. Et c’est normal : un communiqué de presse doit obéir à quelques règles tacites afin d’être efficace.

Être structuré

Titre, chapeau, corps du texte. Pour le titre, comptez maximum 15 mots : il doit être lu d’un simple coup d’œil. Il sera également le titre de votre e-mail contenant le CP, précédé du terme « Communiqué de presse ». Le chapeau est un bref résumé du contenu de votre CP : maximum 60 mots, à mettre en italique et à détacher du reste pour que le journaliste l’identifie comme tel. Quant au corps du texte, maximum 280 mots : dites-en trop et le journaliste ne prendra pas le temps de vous lire ou n’aura plus aucun intérêt à vous contacter. L’ensemble du CP est à envoyer directement dans le corps de l’e-mail.

QQOCQ

Il s’agit de l’abréviation de la formule de rédaction d’un CP. Qui ? Quoi ? Où ? Comment ? Quand ? Quand vous écrivez votre CP, débrouillez-vous pour que ces informations soient non seulement bien présentes dans le corps du texte, mais qu’elles apparaissent de préférence dans cet ordre, et ce de façon fluide.

Soyez factuel

Évitez d’être hagiographique. Un CP n’a pas pour vocation à convaincre le journaliste. C’est le meilleur moyen pour que votre CP rejoigne la catégorie des spams. Au contraire, votre CP se doit d’être factuel, presque un premier jet d’article pré-mâché pour le journaliste. Si alors vous lui facilitez le travail, de deux choses l’une : soit il n’aura plus que quelques ajustements à faire pour s’approprier votre CP et en faire un article, soit il vous contactera pour le compléter. Une annonce de vente, c’est une pub, pas un CP. Le CP n’a pas vocation à être une publicité déguisée ou une annonce presse, mais une information qui peut être utile aux cibles des médias qui publieront celle-ci.

Informez la personne à contacter

En bas de votre CP, précisez un contact avec nom, prénom, téléphone et e-mail. Certains journalistes voudront prendre rendez-vous pour en savoir plus et rédiger leur article. Ils n’ont pas de temps à perdre et préféreront s’adresser directement à la personne qui saura les recevoir.

Évitez les pièces jointes

Certaines boîtes e-mail de journalistes ou de pigistes refusent les messages avec pièces jointes. Et pour cause ! Compte tenu du grand nombre d’e-mails qu’ils reçoivent, leurs boîtes saturent rapidement. Aussi, que ce soit pour un PDF ou une image, préférez l’usage d’un lien pointant vers la pièce jointe à télécharger.

Le bon moment

Comme pour la prospection commerciale, n’envoyez rien le week-end, rien le Lundi, rien le Vendredi. Le Vendredi, on se dit qu’on verra ça Lundi. Mais le Lundi, ils font du tri par le vide dans leur boîte qui s’est remplie de spams le week-end.

Relancez

Faites-le une première fois par e-mail au bout d’une bonne semaine et si c’est vraiment important, une seconde fois par téléphone une semaine encore après. Inutile d’en faire trop ou vous serez classés dans les spams. Mais sans aucune relance, ne soyez pas surpris de ne pas être publié.

Les destinataires

Visez plusieurs médias locaux ! Peut-être ne lisez-vous qu’un seul journal ? Gardez toutefois en tête que si des médias existent, c’est qu’il y a du monde à les lire, les écouter ou les regarder. En conséquence, il y a certainement des dizaines de médias locaux à contacter. En revanche, ciblez les médias : éviter d’envoyer une actu à un journal gastronomique si vous lancez un fast-food (je grossis le trait, mais vous aurez compris l’idée). Point important : certains médias vous publieront sans vous en faire part. C’est alors à vous de faire votre veille auprès des médias que vous aurez contactés.

La bonne période

S’il y a une forte actualité locale (que ce soit économique, politique ou culturel) durant la période au cours de laquelle vous voulez envoyer votre CP, il y a fort à parier que vous ne serez même pas lu. Soyez attentif aux informations liées à votre territoire et privilégiez les périodes plus calmes pour envoyer vos CP.

Soyez agréable

Soyez serviable. Gardez en tête qu’un CP, aussi bon soit-il, ne vous garantit pas d’obtenir un article. Rien n’oblige un journaliste à vous publier. Et quand un professionnel de la presse se déplace pour vous rendre visite ou vous rejoint dans un café, il prend sur son temps. Alors oui, certains diront qu’il est payé pour ça. Mais la publication ne vous coûtant pas un euro, offrez un café ou payez l’addition est bien peu de choses et facilitera sans doute l’issue de cet échange ainsi que les suivants.

Bonus

Édit du 20/06/2018 : Julien Uguet, responsable d’édition au Journal des Entreprises, m’a fait part de ce précieux complément via Twitter :

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN
   

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique, formateur, blogueur, catholique, metalleux, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels du blog.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez peut-être

14 exemples particulièrement inspirants de webdesigns au style rétro

PAR
LE 
2 juin 2020

Vidéo : Confinement, un collectif d’indépendants résiste à la folie

PAR
LE 
29 avril 2020