Je ne vous le cache pas, ce logo m’a vraiment mis en colère!! Depuis sa sortie, ce logo croule sous le bad buzz et en prend pour son grade !

aetherconcept-marque-bretagneJe ne remets absolument pas en cause ni la démarche, ni le budget, qui ont été accordé à cette étude de deux ans, ce qui a permis la création de la Marque Bretagne. Non. Le problème réside ailleurs : le visuel.  La démarche de vouloir favoriser l’économie de notre chère Bretagne et de ses atouts, sur la scène nationale et internationale, est tout ce qu’il y a de plus noble. Mais quand j’ai vu ce logo je me suis dis « ça, c’est le travail d’un stagiaire d’une boîte de parisienne ».

Car en y regardant de plus prêt, on voit effectivement l’aspect « fashion » du logo par sa forme et son aspect minimaliste. Justifier la forme des E en prétextant y voir le drapeau Breton, le gwenn-ha-du ? Ben voyons… Comme beaucoup, j’y ai vu ça :

aetherconcept-marque-bretagne-esprit

Et d’autres y ont vu également ceci :

aetherconcept-musique-en-sorbonne

Et wep, ESPRIT, la marque de fringues. Je ne m’arrête pas à ma première impression et fouille un peu sur le web quand même. Je  tombe, en premier lieu, sur ça. Xavier Mercier, responsable de l’identité de la Marque Bretagne et travaillant dans l’agence Lyonnaise Communiquez nous explique les choix en matière d’identité visuelle de la marque. Il nous explique aussi que ce n’est pas sa boîte qui est auteur du logo mais une boîte… de Paris ! L’entreprise CoManaging.

En dehors de ce foutu E qui me donne l’impression que ma région vend des fringues, j’ai quatre gros reproches à faire.

Reproche #1 : Les gars, vous êtes au courant que le gallo et le Breton ne sont pas des langues mortes ? En plus, à l’étranger, Bretagne se dit Brittany…  Pour ceux que ça intéresseraient, Awen Studio vous propose une version du logo dans nos langues locales ici

aetherconcept-marque-bretagne-breizh

Reproche #2 : Les mecs, on est pas en Belgique nom d’un blowjob ! Sur ce logo, je lis Bretagne.be, et quand on est un poil informé (ce qui est nécessaire dans un job de communiquant), l’extension .be c’est les noms de domaine de sites belges.

www.belgium.be

Je n’ai rien contre mes camarades du lever de coude de l’est, mais niveau géographie c’est pas encore ça… Un Triskell ou une Hermine (je mets les liens, des fois qu’ils tomberaient sur l’article et ne sauraient pas de quoi je parle ^^) auraient été tellement plus parlant…

Reproche #3 : Là je m’adresse aux deux boîtes. A l’heure où l’on cherche à faire développer les noms de domaine de sites en .bzh (si si ! c’est même par ici que ça se passe ) et vu tout le blé qui a été mis dans ce projet, vous aviez surement moyen de donner un peu de poids à la création de cette extension de nom de domaine.

Reproche #4 et raison de mon titre : On serait pas en train de se payer nos têtes ? On nous parle du développement du territoire, de l’entrepreneuriat breton, et tout le tralala… Et on fait appel à une boîte Lyonnaise et une boîte Parisienne ?! Oui, c’est du protectionnisme et je l’assume. Il me semble que quand on paye des impôts, on a son mot à dire.  De la même façon que plus récemment, la Ville de Rennes a fait appel à une boîte Parisienne pour son e-réputation (avec un budget de 62 000 € l’année !). Quand à l’argument des appels d’offres des marchés publiques, qu’on viennent pas me dire que des alternatives locales n’existaient pas, ni même des façons de travailler pour favoriser l’économie régionale. Au fait, votre étude, elle a été réalisée auprès de qui ? Mesdames-Messieurs-les-décideurs-de-la-Marque-Bretagne, Gap (qui vendent eux aussi des fringues) a su écouter ses clients suite au bad buzz de leur nouveau logo voilà peu, en ferez-vous autant ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN
   

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique, formateur, blogueur, chroniqueur radio, catholique, metalleux, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez la newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels du blog.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez peut-être

Parmi les secrets des PME qui réussissent : une bonne communication
PAR
LE
22 juillet 2019
Après le B2B et le B2C, découvrez le H2H
PAR
LE
28 juin 2019