Aujourd’hui, c’est Pauline Drouin (avec qui je n’ai pas de lien de parenté bien que nous ayons le même nom ) qui prend le clavier pour vous parler d’un phénomène que vous avez sans doute remarqué : l’utilisation des images de profil Facebook comme moyen d’expression.

aetherconcept-invasion-profil-thumbnail

Vous l’avez sans doute remarqué, les photos de profils changent et parfois s’échangent ! Vos amis ont eu la drôle idée de prendre pour avatar la photo d’un chameau ou d’une girafe ? En janvier vous ne distinguiez plus votre mère ou votre meilleur copain parce qu’ils s’étaient tous renommés Charlie ? Vous n’avez pas compris pourquoi certains de vos contacts se sont mis à cacher une partie de leur visage l’an passé ? Décryptons ensemble ces phénomènes de mode autour de l’identité visuelle des internautes.

Des photos qui ont du caractère

Sur les réseaux sociaux, vous avez bien entendu la possibilité de personnaliser votre photo de profil. Le principe est généralement de se distinguer, ne serait-ce que pour se rendre reconnaissable auprès de ses proches et communautés. On observe toutefois de temps à autre une harmonisation subite des images de profil ! Le changement peut être discret ou intégral. A la place de la photo habituelle de l’internaute, on peut trouver :

  • Un symbole : il permet de revendiquer son soutien à une cause ou son appartenance à une communauté. Il peut être utilisé en complément de sa photo de profil, ou à la place de celle-ci.Ex : En 2014, de nombreux internautes ont affiché un U surmonté d’un point sur leurs profils de réseaux sociaux. Il s’agissait d’un signe de solidarité envers les chrétiens d’Orient. Ce symbole (le « nun ») représente en fait la lettre N de l’alphabet arabe. Elle était écrite sur les maisons des familles chrétiennes ayant fui Mossoul pour désigner qu’elles étaient « Nazaréennes » (le terme utilisé dans le Coran pour désigner les chrétiens).
    aetherconcept-invasion-profil-chretiens

    Le Noun affiché sur le compte Twitter « Chrétiens d’Orient »

  • Un changement de couleur : la symbolique est souvent plus difficile à comprendre. Pour que ce soit parlant, il faut que la couleur signifie quelque chose dans l’inconscient collectif.Ex : En juin 2015, des photos de profil Facebook ont été colorées d’un filtre Arc-en-ciel en soutien à la communauté gay.
    aetherconcept-invasion-profil-zucky

    Le rainbowflag sur le compte Facebook de Mark Zuckerberg

    Utiliser des couleurs dont la signification n’est pas immédiatement compréhensible se fait aussi.
    C’est d’ailleurs une bonne stratégie pour susciter l’intérêt des internautes autour d’une cause ou d’un évènement !

    aetherconcept-invasion-profil-googlesearch

    Suggestions automatiques de Google sur la signification de couleurs utilisés dans les photos de profil Facebook

  • Un slogan : l’utilisation d’un slogan dans les photos de profil est très puissante. Elle permet d’identifier facilement la cause soutenue par l’internaute et de marteler un message qui sera lu massivement par toutes les personnes qui le suivent.Ex : En France, la campagne qui a sans doute le plus agité les avatars fut celle du tristement célèbre « Je suis Charlie ». A l’origine, l’image fut postée moins d’une heure après l’attentat du 7 janvier 2015 par Joachim Roncin, directeur artistique du magazine Stylist. En quelques heures, les internautes ont repris cet avatar, qui a ensuite été décliné en hashtag sur Twitter et a donné naissance à une page Facebook du même nom.
    aetherconcept-invasion-profil-embassyfrance

    Je suis Charlie » sur la page de l’ambassade des USA en France

  • Une simple image : ni symbole ni slogan, les images qu’on retrouve un peu partout sur les profils des internautes sont souvent le fruit d’initiatives d’associations ou de délires entre amis…Ex : Pour promouvoir sa lutte contre la torture, Amnesty International avait demandé aux internautes de remplacer leurs photos de profil Twitter et Facebook par un visuel de bougie aux couleurs de l’association
    aetherconcept-invasion-profil-bougie

    Le message publié par Amnesty International

    Autre exemple : peut-être aviez-vous repéré la mode lama / girafe ? En voici l’explication ! Vos amis, ou vous-même (mais si mais si…) se voyaient poster sur leur mur une petite énigme. Ceux qui ne savaient pas répondre devaient poster comme avatar une photo de girafe (un lama quelques mois plus tard). Cette image commune permettait d’entretenir le rapport avec ses connaissances. Une petite boutade qui réunissait certains, tout en montrant aux autres l’étendue de son cercle social.

    aetherconcept-invasion-profil-girafe

    Une girafe comme photo de profil Facebook

  • Une mise en scène des internautes eux-mêmes : cette démarche est très engageante car elle demande plus d’efforts à l’internaute, qui s’implique personnellement et doit faire preuve d’un esprit (un minimum) créatif. Pour soutenir une cause ou une marque qu’il apprécie, l’internaute prend un selfie qui respecte quelques règles préétablies et le poste ensuite sur Facebook. Si c’est pas une marque d’attachement ça !Ex : Lors des JO paralympiques de Londres, la fédération française Handisport et Malakoff Médéric ont incité les internautes à cacher une partie de leur visage pour dénoncer le manque de visibilité des jeux et encourager les sportifs qui se sentaient injustement dévalorisés.
    aetherconcept-invasion-profil-jo

    Les photos de nombreux supporters de l’opération

Et les marques dans tout ça ?

Les particuliers ne sont pas les seuls à modifier leur image de profil. Il arrive que les marques s’y mettent aussi ! Lorsqu’elles le font, c’est leur ADN qu’elles modifient ou révèlent, en laissant voir leurs attachements politiques, culturels, écologiques… Le bonus, c’est que ça crée un lien fort avec les internautes : lorsqu’une marque utilise la même photo que vous, inconsciemment, vous développez avec elle une affection toute particulière. Par contre, lorsque la marque reprend une cause en son nom en s’en servant comme faire-valoir, ça mène rapidement à la débâcle. Il faut trouver le bon équilibre entre engagement et publicité…

Ex : Les 3Suisses ont tenté d’infiltrer le logo de Charlie. Mauvaise idée ! Le bad buzz a été immédiat et retentissant.

aetherconcept-invasion-profil-suisse

L’association maladroite de la marque 3Suisses avec le mouvement « Je suis Charlie »

Une question vous vient peut-être à l’esprit… Pourquoi les marques n’utilisent-elles pas à leur avantage le phénomène des images interchangeables de profils ? Elles pourraient par exemple proposer à leurs communautés de modifier leur image de profil lors d’un jeu concours. Ca créerait de l’engagement et donnerait de la visibilité à la marque. Malheureusement, ce n’est pas possible sur Facebook, lieu où ce type d’opération prend le mieux. Pour un jeu concours la règle est stricte :

  • « Vous ne pouvez pas utiliser une fonctionnalité native de Facebook comme condition d’entrée ».
  • « Ajoutez une photo/changez votre photo de profil pour être tiré au sort » n’est pas autorisé !

Dommage, n’est-ce pas ?

En guise de conclusion philosophique

On a vu qu’à travers sa photo de profil, il est possible de faire passer une grande quantité d’informations. Croyances et valeurs s’y révèlent, on y affirme ses revendications ou son opinion… On constate toutefois que cet engagement est souvent de courte durée. Sans doute le geste était honorable et chargé de bonnes intentions mais voilà : qui parmi vos amis est encore Charlie ? Qui avait promis de s’abonner et finalement n’a pas tenu parole ? On peut donc se demander dans quelle mesure les images de profils sur les réseaux sociaux sont un réel engagement VS un effet de mode qui se développe autour d’une forte pression sociale… Ceux qui n’ont pas mis l’image « Je suis Charlie » ont sans doute connu ça. Pourtant, Charlie ne prônait-il pas au contraire l’inconvenance ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Pauline DROUIN
  

Pauline DROUIN

Cofondatrice Alesiacom (agence marketing digital) – Brand loveuse – Collabore à de nombreux projets éditoriaux sur le web.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels du blog.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez peut-être

Trouver un nom de marque ou d’entreprise : 3 étapes vitales pour faire le bon choix
PAR
LE
28 mai 2019
13 clés incontournables pour lancer votre business en ligne
PAR
LE
16 mai 2019