Marina Abramovic est une artiste serbe étudiant les frontières du potentiel physique et mental. Elle fait partie du courant artistique de l’art corporel.

De son côté, Ulay est un artiste allemand pratiquant l’art performance, dont Marina Abramovic se décrit comme la « grand-mère ». Ses performances tournent autour de la relation du corps à l’espace et à la société.

aetherconcept-temps-regard

Marina Abramovic et Ulay ont commencé une histoire d’amour dans les années 70, réalisant diverses performances artistiques. Puis ils décidèrent de traverser la Grande Muraille de Chine en partant chacun d’une extrémité, afin de se retrouver au milieu. Entre temps, ils sentirent que leur relation avait fait son temps. Ils décident alors que cette performance marquerait la fin de leur relation. En 1988, ils se sont donc chacun rendus à l’une des extrémités de la Grande Muraille afin de se retrouver au milieu comme convenu. Après 2500 km de marche chacun, ils se sont retrouvés au centre et se sont dit « au revoir ». Leur relation aura duré douze ans.

Au Musée d’Art Moderne Contemporain de New-York, en 2010, Marina joua « L’artiste est présent » dans le cadre de son spectacle. Elle partagea une minute de silence avec chaque étranger qui était assis en face d’elle. Jusqu’à l’arrivée à son insu d’Ulay, qu’elle n’avait alors plus revu depuis 22 ans…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN
   

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique UI & print, blogueur, formateur, chroniqueur radio, catholic veggie, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels de l'Aetherium.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez peut-être

Designer UI et designer UX : la vérité derrière ces termes barbares
PAR
LE
9 janvier 2019
21 visuels plus que percutants sur l’avenir de la planète
PAR
LE
16 septembre 2018