Aujourd’hui je vous parle de graphisme et de réseaux sociaux dans le même article en vous parlant de Deviant Art. Je connais ce site depuis depuis longtemps, mais à mon grand étonnement, il est surtout connu du public anglophone et trop peu du public artistique francophone.

aetherconcept-deviantart

Deviant Art a pourtant été lancé le 7 Août 2000 (c’est plus tout jeune quoi !) par Scott Jarkoff, Matthew Stephens, Angelo Sotira et quelques autres. En 2010, le site comptabilisait plus de 14 millions d’inscrits ! À l’époque de sa création, on appelait ce genre de site un « site communautaire ». Aujourd’hui, on appelle ça un réseau social. Ni plus ni moins.

aetherconcept-deviantart-kaes-hohenheim-1

Oui, il s’agit bien moi en avatar… Il y a longtemps, à l’heure où je réédite cet article…

La page d’accueil est sobre et affiche les dernières déviations postées par les déviants (c’est ainsi qu’on nomme les inscrits ^^). Tout inscrit possède :

  • D’un profil public
  • D’une galerie d’image pour y exposer ses œuvres (aussi appelées déviations, nous y reviendrons…)
  • De la possibilité de poster un message sur le profil des autres déviants
  • De s’envoyer des messages entre déviants
  • D’une liste de watching qui représente les gens que vous suivez (que vous pouvez regrouper par liste) et d’une liste de watchers pour les gens qui vous suivent…

Tout ça ne vous rappelle rien ? Facebook & co n’ont rien inventé, ils ont juste été moins cons que les autres dans la façon de diffuser leurs créations. La réelle différence de Deviant Art réside dans son orientation artistique :

  • Une galerie d’image mise en avant sur votre profil
  • La possibilité de créer différents albums relativement aboutits
  • De très (très très) nombreuses catégories dans lesquels classer vos œuvres
  • L’option de pouvoir vendre des versions imprimées de ses œuvres dans différents formats via le site (cette option est à sélectionner au moment de la publication du fichier)
  • Des favoris organisables pour mettre de côté les créa sympas des autres déviants (ces favoris apparaissent sur votre profil)
  • Rendre téléchargeable la déviation dans son format original. Et là ça devient très intéressant, car il n’y a que très peu de restrictions de format : possibilité d’utilisation du JPEG, PNG, PDF, Illustrator, Photoshop et autres. Dans toutes leurs variantes, allant du fichier natif aux fichiers de filtres, formes vectorielles, script, brush et j’en passe !

aetherconcept-deviantart-kaes-hohenheim-2

aetherconcept-deviantart-kaes-hohenheim-3

aetherconcept-deviantart-menuVotre profil est équipé de différents blocs modulables que vous pouvez aménager comme bon vous semble. Si vous achetez un compte premium (vous êtes alors un subscriber), vous pouvez enrichir votre profil avec des blocs contenant des fonctions supplémentaires.

Pour les graphistes qui veulent se faciliter la tâche (ou tout simplement embellir leurs créations), le site est une mine d’or en termes de formes vectorielles et de brush. Une petite recherche par mots clés permet de trouver très rapidement son bonheur. Pour l’info, les déviants restent propriétaires des droits d’auteurs des œuvres publiées sur Deviant Art. L’accord avec Deviant Art est simplement d’accorder les droits minimum pour l’affichage. Le site propose également l’option des Licences Creative Commons au moment de publier sa déviation sur le site.

Le bémol de Deviant Art est aussi sa grande qualité : c’est son type d’inscrit très (voir trop, pour rester polis) éclectique. De la kikoo-lol-emo-goth qui se prend en photos à tour de bras à l’artiste digital top niveau. Photographie, graphisme, littérature, flash, skins d’applications, logos, webdesign et bien d’autres choses encore sont disponibles à la visualisation et au téléchargement que ce soit en termes d’œuvres que de ressources utilisables. Malheureusement, certains déviants ont tendance à confondre le bleu et le vert et à prendre Déviants Art pour leurs murs Facebook sans que quasiment aucune modération ne soit appliquée.

Bien que les Français y soient présents, je croise beaucoup de graphistes qui ne connaissent pas Deviant Art. Ce dernier étant rempli de ressources, il me semblait indispensable d’en parler. Si vous êtes dessus, n’hésitez à commenter cet article et y poster vos témoignages en complément de ce billet.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN
   

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique, formateur, blogueur, catholique, metalleux, zèbre et électron libre. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels du blog.
En m'inscrivant, j'accepte de recevoir par e-mail une newsletter contenant les derniers articles du blog et je prends connaissance de la politique de confidentialité du site.

Vous aimerez peut-être

Mailchimp : réussissez vos premiers emailings grâce à Tuto·com

PAR
LE 
12 mars 2020

Bien démarrer sur Google Analytics grâce à Tuto·com

PAR
LE 
20 janvier 2020